Contenu

Qu’est-ce qu’un mouvement de terrain ?

 

Les mouvements de terrain regroupent un ensemble de déplacements, plus ou moins brutaux, du sol ou du sous-sol, d’origine naturelle ou anthropique. Les volumes en jeux sont compris entre quelques mètres cubes et quelques millions de mètres cubes. Les déplacements peuvent être lents (quelques millimètres par an) ou très rapides (quelques centaines de mètres par jour).

Les mouvements de terrain lents et continus :

Les mouvements lents et continus entraînent une déformation progressive des terrains, pas toujours perceptible par l’homme. Ils regroupent principalement les tassements, les affaissements, le retrait-gonflement des argiles et les glissements de terrain.

  • Les tassements et les affaissements : Certains sols compressibles peuvent se tasser sous l’effet de surcharges (constructions, remblais) ou en cas d’assèchement (drainage, pompage). Ce phénomène est à l’origine du tassement de sept mètres de la ville de Mexico et du basculement de la tour de Pise.
  • Le retrait-gonflement des argiles : Les variations de la quantité d’eau dans certains terrains argileux produisent des gonflements (période humide) et des tassements (périodes sèches). Pour plus d’informations, cliquer ici.
  • Les glissements de terrain : Ils se produisent généralement en situation de forte saturation des sols en eau. Ils peuvent mobiliser des volumes considérables de terrain, qui se déplacent le long d’une surface de rupture.

Les mouvements de terrain rapides et discontinus :

Les mouvements rapides et discontinus se propagent de manière brutale et soudaine. Ils regroupent les effondrements de cavités souterraines, les chutes de pierres et de blocs, les éboulements et chutes de blocs, et les coulées boueuses et torrentielles

  • Les effondrement de cavités souterraines : L’évolution des cavités souterraines naturelles (dissolution de gypse) ou artificielles (carrières et ouvrages souterrains) peut entraîner l’effondrement du toit de la cavité et provoquer en surface une dépression généralement de forme circulaire. Pour plus d’informations, cliquer ici
  • Les éboulements et les chutes de blocs : L’évolution des falaises et des versants rocheux engendre des chutes de pierres (volume inférieur à 1 dm3), des chutes de blocs (volume supérieur à 1 dm3) ou des écroulements en masse (volume pouvant atteindre plusieurs millions de m3). Les blocs isolés rebondissent ou roulent sur le versant, tandis que dans le cas des écroulements en masse, les matériaux " s’écoulent " à grande vitesse sur une très grande distance (cas de l’écroulement du Mont Granier en Savoie qui a parcouru une distance horizontale de 7 km).
  • Les coulées boueuses et torrentielles : Elles se caractérisent par un transport de matériaux sous forme plus ou moins fluide. Les coulées boueuses se produisent sur des pentes, par dégénérescence de certains glissements avec afflux d’eau. Les coulées torrentielles se produisent dans le lit de torrents au moment des crues. Des rochers de taille importante peuvent alors être mis en mouvement.

Pour plus d’informations sur le risque mouvements de terrain, un dossier complet est disponible ci-dessous en téléchargement. Vous pouvez également contacter la Direction Départementale des Territoires - Cellule Risques

 
 

Documents associés :