Contenu

La gestion du risque : prévention et protection

 

La complexité géologique et l’accès aux terrains concernés rend parfois délicat le diagnostic du phénomène.

La prévention des risques et la protection des populations nécessitent, au moins pour les sites les plus menaçants, des études et reconnaissances délicates et coûteuses.

La prévention

  • La construction adaptée : La diversité des phénomènes de mouvements de terrains implique que des mesures très spécifiques soient mises en œuvre à titre individuel. Certaines de ces mesures sont du ressort du bon respect des règles de l’art, d’autres, au contraire, nécessitent des investigations lourdes et onéreuses.
    • La protection contre le retrait-gonflement des argiles nécessite par exemple des mesures relativement simples d’adaptation du bâtiment au contexte local. Généralement, le fait de descendre les fondations au-delà de la zone sensible à la dessiccation du sol suffit. Le renforcement de la structure du bâtiment limite également le risque de fissuration des murs. Il est possible d’agir sur l’évaporation de l’eau du sol en aménageant un trottoir bétonné en périphérie du bâtiment ou en supprimant la végétation à proximité des fondations.
    • La construction en zone sensible aux effondrements de cavités souterraines pose des problèmes bien plus sérieux, car ils peuvent mettre en jeu la vie des occupants. La recherche de cavités éventuelles est un préalable à l’aménagement dans ces zones sensibles. Elles pourront être mises en évidence au moyen de techniques de géophysique (migrogravimétrie, sondages sismiques, etc.), mais surtout grâce aux sondages de reconnaissance. Dès lors qu’une cavité souterraine est identifiée au droit d’un projet, on peut opter pour une solution comblement ou de fondations profondes descendant au-delà de la cavité. Ces mesures, les seules permettant d’assurer la pérennité du projet, grèvent fortement le coût de la réalisation. Lorsqu’une cavité souterraine est repérée sous un bâtiment existant ou projeté, on peut soit remplir la cavité, si elle est petite, soit implanter des fondations profondes si elle est trop grande.
  • L’information du citoyen : Le droit à l’information générale sur les risques majeurs s’applique. Chaque citoyen doit être en mesure d’évaluer son exposition et sa vulnérabilité, pour pouvoir éventuellement les minimiser. Pour cela il est primordial de se tenir informé sur la nature des risques qui nous menacent, ainsi que sur les consignes de comportement à adopter en cas d’événement. Pour plus d’informations, se reporter à la rubrique « Information du citoyen ».
  • La surveillance : Lorsque les mouvements de terrain déclarés présentent un risque important pour la population, des mesures de surveillance sont souvent mises en œuvre (inclinométrie, suivi topographique, etc.). Ces mesures permettent de contrôler l’évolution du phénomène, comme une éventuelle aggravation. Les ruptures, qui peuvent avoir des conséquences catastrophiques, sont en général précédées d’une période d’accélération des déplacements. Néanmoins, l’interprétation des signes précurseurs sur la stabilité générale du versant est difficile à estimer, si bien qu’il n’est pas toujours possible d’évacuer préventivement les populations.
  • L’alerte : En cas d’événement majeur et brutal, la population est avertie au moyen du signal national d’alerte. Pour des événements plus lents, les personnes concernées seront plus généralement informées par les autorités locales.

La protection

Il est souvent difficile d’arrêter un mouvement de terrain après son déclenchement. Toutefois, pour les phénomènes déclarés et peu actifs, il est possible de mettre en œuvre des solutions techniques afin de limiter le risque, à défaut de le supprimer. Les actions de protection sont multiples et varient d’un phénomène à l’autre.

  • Les tassements et gonflements du sol :
    - Reprise en sous-œuvre des bâtiments
    - Lutte contre la dessiccation des sols
  • Les glissements de terrain :
    - Le drainage consiste à évacuer l’eau du sol
    - Le soutènement permet de s’opposer au déplacement du terrain
  • Les chutes de blocs :
    - Mise en place d’ouvrages d’arrêt
    - Purge et stabilisation des masses instables
  • Les coulées boueuses :
    - Drainage des sols
    - Végétalisation des zones exposées au ravinement
    - Correction torrentielle
  • Les effondrements de cavités souterraines :
    - Renforcement ou comblement des cavités
    - Fondations profondes